• 2012

    CONFERENCE DE PRESSE DU COLLECTIF CONTRE LA SPECULATION ET POUR LE DROIT AU LOGEMENT DU MERCREDI 5 SEPTEMBRE 2012

    Salute à tutti!!! Pour ceux qui ont lu le Corse Matin de ce jour 06/09/2012, le Collectif contre la spéculation et pour le droit au logement , dont l'opposition Calvi Altrimente est partie prenante, tenait une conférence de presse hier sur le terrain de l'Oasis devenu celui des "Rivages de Calvi" pour informer les Calvais sur la concession d'aménagement liant la commune de Calvi à la SPLA Méditerranée pour 10 ans. Nous avions appris que le Préfet de Haute Corse s'intéressait de près à ce document et qu'il avait demandé des informations supplémentaires à la commune. Ce document s'il rentre en application liera la Ville de Calvi à SPLAM pour 10 ans. Les conseillers municipaux d'opposition de Calvi Altrimente ont voté contre lors de la séance du conseil municipal du mois de février 2012. Nous vous livrerons plus d'infos avec la concession d'aménagement bientôt en ligne.

    Par ailleurs, en ces temps de rentrée,  Calvi Altrimente fera bientôt elle aussi SA rentrée.   Voici le texte de la conférence de presse:   "Le Collectif de Calvi contre la spéculation et pour le droit au logement, soucieux d’agir en toute transparence et dans le respect des valeurs démocratiques, souhaite informer l’ensemble des citoyens calvais des dernières évolutions relatives à la concession d’aménagement signée entre la Municipalité et la SPLA Méditerranée, ex- Semexval.
    Rappelons pour mémoire en quoi consiste cette concession : la Municipalité de Calvi transfert par contrat son pouvoir d’aménagement, de gestion et de décision concernant une grande partie du périmètre de la ville à une société publique locale, composée de diverses collectivités et dans laquelle Calvi ne représente que 1% du capital. C’est dire si les leviers de contrôle laissés à la Mairie sont dérisoires. En revanche, les pouvoirs du concessionnaire sont exorbitants. Il peut par exemple « acquérir les propriétés à l’amiable ou par voie de préemption ou d’expropriation », « démolir les bâtiments existants » si besoin est, « céder directement ou mettre en place la commercialisation des biens immobiliers, bâtis ou non bâtis ».
     En renouvelant en février 2012, le contrat la liant à la SPLA Méditerranée, la Municipalité de Calvi a dérogé aux règles de la mise en concurrence et de l’appel d’offre. La Municipalité justifie cette dérogation aux règles par sa participation à hauteur de 1% au capital de la SPLA Méditerranée. Or, après consultation de juristes, il apparaît que cette participation infime est insuffisante et ne permet pas à la Commune de Calvi de s’exonérer des règles de la commande publique. L‘article 3-1° du code des marchés publics permet la passation de marchés publics sans publicité ni mise en concurrence en supposant que deux conditions soient cumulativement réunies pour que la relation contractuelle soit qualifiable de quasi- régie :
    Première condition : le contrôle exercé par le pouvoir adjudicateur sur son cocontractant doit être comparable à celui exercé sur ses propres services ;
    Deuxième condition : le cocontractant réalise l’essentiel de son activité pour ce pouvoir adjudicateur. Or, il apparaît que la satisfaction de la première condition tenant au contrôle exercé n’est pas assurée.
    Une délégation du Collectif a rencontré ce vendredi le sous-préfet de Calvi qui a confirmé cette analyse. Nous en appelons donc aux services de l’Etat, seules institutions à même de garantir la protection, l’égalité et la justice sociale pour tous les citoyens.
    C’est pourquoi, soucieux de la défense des intérêts collectifs et de l’application des lois de la République, nous organiserons très bientôt un grand rassemblement pour expliquer notre opposition à cette concession qui confisque le patrimoine foncier des Calvais et leur droit de contrôle sur les choix d’aménagement de la ville.
    Rappelons en effet que les Communes de la Valette du Var, de Toulon et de Signes détiennent 99% des actions de la SPLA Méditerranée et 11 sièges sur 12 au Conseil d’administration alors que Calvi ne possède qu’1 % des actions et un seul siège au Conseil d’administration.
    Ainsi, les Calvais dans leur ensemble, n’ont-ils pas le devoir de se mobiliser face au péril que représente une telle confiscation du patrimoine public qui semble se moquer des lois applicables à tout citoyen, puissant ou misérable ? "

     

     

    NON A LA SPECULATION, AU CHANTAGE ET POUR LE DROIT AU LOGEMENT!

    2012

     

     

     

     

    NON A LA PRIVATISATION DE LA PINEDE ET NOS ESPACES NATURELS
    COLLECTIFS !

    NON AU CHANTAGE DES PROMOTEURS ET DE LEURS ALLIES !

    NON A LA PROMOTION LES RIVAGES DE CALVI

    OUI AU DROIT AU LOGEMENT POUR L'ENSEMBLE CARDELLU!


    La filiale corse de la société SEMEXVAL, la CAD, à grand renfort d’encarts publicitaires, fait depuis de longs mois la promotion d’une juteuse opération immobilière « Les rivages de Calvi », dans le FIGARO, PARIS MATCH, dans les aéroports de Marseille et de Nice, au parlement européen de Bruxelles, en anglais et en allemand, exclusivement destinée à une riche clientèle de touristes étrangers, seuls à même de s’offrir des villégiatures entre 5 et 8000 euros le mètre carré. Située au lieu dit Oasis, rond point du Casino dans un site inscrit, patrimoine naturel et propriété collective de l’ensemble des Calvais, ce projet purement spéculatif ne sert que des intérêts particuliers et contribue à accélérer la destruction programmée de la pinède.



    Il faut savoir également que le terrain a été acheté par la commune il y'à une quinzaine d'année pour la somme de 17 millions de francs et qu'aujourd'hui ce terrain est mis à la disposition de la SEMXVAL/CAD pour RIEN!!!

     

    L'ancien complexe "OASIS" a été plastiqué dans les années 90, c'est pour cette raison que le maire de l'époque, François ZANOTTI, s'était porté acquéreur au nom de la Ville pour enrayer cette pression foncière. 15 ans plus tard il nous paraît dangereux de reproduire les mêmes erreurs!

     



    Nombreux sont ceux qui se dressent contre cet énième projet à caractère spéculatif qui profite à une minorité prédatrice. Aujourd'hui la contestation a dépasser le cercle de l'opposition calvaise CALVI ALTRIMENTE, pour gagner le coeur d'une majorité de citoyens calvais, de corses mais aussi de toutes celles et ceux soucieux de maintenir un capital environnemental dans notre ville et dans notre région.

    Face à la montée de cette opposition, les promoteurs et la majorité municipale accusent les défenseurs de la terre corse de tous les maux. Un chantage aussi inacceptable que scandaleux consiste à mettre en balance la réalisation de cette opération spéculative avec un plan de construction de logements à caractère social, à savoir "l'ensemble CARDELLU" à destination des résidents dits de classe moyenne, avec des prix défiants toute concurence. En d’autres termes, soit les promoteurs ont les mains libres, soit les Calvais peuvent dire adieu à leur logement ! Hè propiu una vergogna! Quelle chantage scandaleux! Autre chantage révélé par le quotidien 24ore du mercredi 10 novembre, où le maire de Calvi va jusqu'à brandir la menace de l'augmentation des impôts si le projet des "rivages ne se réalise pas"! Quelle est cette démocratie à la sauce calvaise???


    Des futurs résidents de CARDELLU ont pris les devants pour demander des renseignements à la CAD/SEMEXVAL basée à L'Ile Rousse, inquiets, de voir la signature chez le notaire, initialement prévu pour l'automne, sans cesse repoussée depuis le début de cette polémique, avec des excuses plus farfelues les unes que les autres. Réponse de la CAD : "si cela vous pose un problème de conscience, vous n'avez qu'à vous retirer du programme!". Quelle classe! Est-ce ainsi que l'on répond à des futurs acquéreurs qui commence déjà à payer un échéancier pour l'assurance de leur prêt bancaire???

    L'opposition municipale CALVI ALTRIMENTE et d'autres organisations (A MANCA, FEMU A CORSICA, CORSICA LIBERA, le collectif LA CAVE WEBRADIO) soutiennent déjà le mouvement populaire qui prend de l'ampleur chaque jour grâce à la pétition en ligne sur http://www.la-cave.org/
     

    Mercredi 10 Novembre, un collectif citoyen a été créé lors d'une réunion publique à la mairie de Calvi, pour demander des comptes et mettre les différents protagonistes (SEMEXVAL/CAD et Mairie) devant leurs responsabilités.

    CALVI ALTRIMENTE tient à réaffirmer au centre de cette polémique qu'elle est fermement contre ce projet scandaleux des RIVAGES DE CALVI qui vise encore une fois à accueillir une clientèle étrangère venant s'installer en résidences secondaires,et qu'elle soutient à 1000% les futurs résidents de CARDELLU. Nous sommes prêts à nous mobiliser jusqu'au bout pour que CARDELLU se réalise!


    Alors que les assises du foncier viennent de débuter sous l'égide de la Collectivité Territoriale de Corse où nous espérons que des solutions seront trouvées pour endiguer ce fléeau de dépossession de notre terre.

    En attendant signez et faites signer la pétition sur le site http://www.la-cave.org/


    Cela NOUS concerne TOUTES et TOUS!


    CURAGIU è FORZA à TUTTI!!!

    CALVI ALTRIMENTE.