• U chjassu di i duganeri - Le sentier des douaniers

    Quand un douanier rencontre un autre douanier…

    Eh bien, chez nous, dans notre bonne ville de Calvi, s’ils se rencontraient, ce ne pourrait pas être sur le sentier des douaniers ! Le passage est parfois si étroit, que même de tout petits douaniers, des douaniers filiformes, qui rentreraient le ventre et serreraient les fesses, n’arriveraient pas à se croiser.

    Or, ce sentier, improprement baptisé "sentier des douaniers", est devenu aujourd’hui "sentier littoral" depuis la loi du 31 décembre 1976, qui institue une servitude de passage des piétons, le long du littoral, d’une largeur de 3 mètres !

     

    U chjassu di i duganeri - Le sentier des douaniers

     

    Mais, qu’en est-il à Calvi ? L’histoire avait pourtant bien commencé, puisque un arrêté préfectoral n° 2007- 191-2, en date du 10 juillet 2007 "portait approbation du tracé de la servitude de passage des piétons le long du littoral compris entre les lieux dits de la Pointe de la Revellata et la Citadelle sur le territoire de la commune de Calvi".

    Oui, vous avez bien lu : le sentier littoral, qui devait vous permettre de vous promener, avec vos enfants, avec votre chien, en bande ou tout seul,   le long du rivage, avait son point de départ au pied de la citadelle et aboutissait au phare de la Revellata ! Et cette initiative était à mettre au compte de la municipalité…On ne pouvait qu’applaudir un tel projet !

     

    U chjassu di i duganeri - Le sentier des douaniers

     

    Toutes les dispositions étaient prises : le tracé était annexé à l’arrêté, les 26 propriétaires  des 55 parcelles concernées  étaient informés de la servitude qui grevait leurs terrains, et la servitude était enregistrée au Conservatoire des Hypothèques.

    En outre, l’article 5 de l’arrêté précisait que :

     "Les propriétaires des parcelles supportant la servitude ainsi que leurs ayant-droit, sont tenus de laisser aux piétons le droit de passer,

    N’apporter à l’état des lieux aucune modification de nature à faire, même provisoirement obstacle au libre passage des piétons".

    Bien évidemment, de cette belle histoire, n’est resté que l’arrêté, comme pour mieux se moquer de ceux qui portent attention à la protection de l’environnement, et à l’intérêt public, comme pour mieux bafouer ceux qui pensent que le respect des lois est le garant de la démocratie !

    Bien évidemment, jamais personne n’a vu l’ébauche du début de ce projet ! Mais il y a eu pire : la mairie a délivré des permis de construire des maisons individuelles sur une partie de l’emprise du sentier littoral. La configuration du terrain en a été bouleversée : on a déversé dans la mer des tonnes de rochers et de terre, on a enroché des parcelles pour permettre l’édification de ces maisons. Quant au sentier littoral, il est devenu escarpé et dangereux, plus proche des paysages des films d’Hitchcock que du monde des Bisounours !

    C’est pourquoi nous mettons en garde les calvais qui voudraient s’y promener : certains passages sont à déconseiller vivement aux familles avec enfants !

     

    U chjassu di i duganeri - Le sentier des douaniersU chjassu di i duganeri - Le sentier des douaniers

     

     

    Mais nous mettons aussi en garde la municipalité, dont la mission doit être d’assurer la sécurité des piétons, ce qui n’est absolument pas fait !

    Quels intérêts a-t-on voulu privilégier dans cette affaire ? Certainement pas l’intérêt public, mais celui de quelques-uns au détriment de tous les autres !

    Pour toutes ces raisons, nous demandons l’application de l’arrêté préfectoral du 10 juillet 2007 dans toutes ses dispositions.

    Nous serons particulièrement attentifs à ce que la dangerosité d’aujourd’hui, créée de toute pièce par une opération immobilière qui n’aurait pas dû être, ne justifie pas une constructibilité sur d’autres parcelles, et la disparition totale du sentier littoral.

    Nous demandons enfin, que les services d’état remplissent la mission à laquelle ils sont engagés par cet arrêté.

    Il est temps que les citoyens s’emparent du débat ! Prenez votre avenir en main : vous en êtes le meilleur défenseur !

     

     

    Aidez-vous, aidez-nous à créer :

     

    Une majorité pour vivre à l'année

     

    Una magiurità per campà à l'annata

     

     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    coco
    Mardi 21 Octobre 2014 à 18:55

    De plus la pancarte posée récemment à la croix induisent en erreur les piétons . Elle aurait dû être posée à l'entrée du chemin et non dirigée vers et sur la route.


    Cordialement

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :